Aberration dans les salles de cinéma

, par  Laurent , popularité : 4%

Le Samouraï du Crépuscule est un film d’une incroyable beauté. Dense, sensible, qui raconte la vie modeste d’un samouraï, père d’une famille pauvre, qui va devoir faire des choix déterminants dans sa vie sentimentale et dans sa carrière afin de préserver ses deux filles et sa mère malade.

Ce film est magnifique et ce qui est aberrant est qu’il ne passe la semaine de sa sortie que dans trois salles à Paris et dans sa région.

Je suis aller voir ce film avec mon bon ami Yann au Mk2 Quai de Seine après avoir englouti une bonne plâtrée de sushis pour nous mettre dans l’ambiance.

La salle où était projeté le film était toute petite mais très bien remplie. Les spectateurs étaient nombreux. C’est dire qu’il y a de la demande pour ce genre de film un lundi soir.

Plus de cinémas, mais autant de films

Comment ce peut-il qu’un film comme celui-là qui mériterait d’être connu n’ai pas fait l’objet d’une meilleur couverture ?
Pourtant Paris est la ville au monde où il y a le plus de salles de cinéma. Pourtant, les salles multiplexes ne cessent de se développer. Comment ce peut-il alors que malgré l’offre incroyable du nombre de salle, il n’est pas possible d’avoir une véritable diffusion des bons films sur tout le territoire ?

A quoi servent donc ces multiplexes si le choix de films n’est pas en rapport avec les capacités en salles ?

Donc, malgré la multiplications des salles de ciné. Un petit film issu d’une petite production n’a pas plus de chance d’être diffusé qu’un blockbuster hollywoodien. C’est ce dernier qui aura de toute façon la plus grande diffusion. Il bénéficiera de la multiplication des copies et pourra être dans le maximum de complexes différents et ainsi occupera le terrain face à la « concurrence ». Mais vraiment de la concurrence quand on ne s’adresse pas au même public ?

Le simple spectateur/consommateur ne gagne rien face à cette augmentation de salles. Si l’offre augmente, ce n’est pas le cas du choix. Donc, je pose la question : à quoi ça sert ?

JPEG -
Kayano, Tomoe et Ito

D’autres aberrations

Ce genre d’aberration est légion.

- Pourquoi cette distinction entre Paris Intramuros et Paris Extramuros pour ce qui est la diffusion des films en VOST ou en VF ?

Les banlieusards sont-ils plus cons ou ont-ils moins de goût que les parisiens ? En tout cas ils sont d’office classés comme tel. De leur côté, les parisiens n’ont-ils pas le droit d’être paresseux et de n’avoir pas envie de se fatiguer à lire les sous-titres ?

Vu l’offre disponible en nombre de salle aussi bien à Paris qu’en banlieue, pourquoi la diffusion des copies en VO et en VF n’est pas mieux répartie ? Pourquoi cette dichotomie Paris/Banlieue ?

Ce qui m’amène à l’aberration suivante :

- Pourquoi diffuser plusieurs fois le même blocbuster dans les différentes salles du même cinéma ?

Nous avons tous connu les grande sorties comme Star Wars diffusés dans plusieurs salles en même temps dans le même cinéma. Au détriment d’autres productions cinématographiques non dénuées d’intérêt.
Bon, mettons qu’il y ai de la demande pour ce film. Pourquoi alors là aussi, le spectateur n’a pas le choix de la version ? Pourquoi quitte à ne pas avoir le choix du film, il n’a pas le droit d’avoir le choix entre la VF et la VOST ?

L’appel

Ainsi, par l’intermédiaire de ce modeste blog, le lance un appel ! Si jamais un responsable de la diffusion cinématographique ou un exploitant de salle passe par ici et lit ces lignes, peut-il prendre le temps de répondre à mes quelques interrogation ? D’avance merci.

En attendant une réponse à toutes ces questions, j’encourage tous les lecteurs du blog à aller voire cet excellent film de Yoji Yamada Le Samouraï du Crépuscule (titre original : Tasogare Seibei).

Si vous aimez les films comme Après la pluie de Takashi Koisumi, vous aimerez Le Samouraï du Crépuscule.

Voir en ligne : Le Samouraï du Crépuscule