All night gaming party

, par  Laurent , popularité : 2%

Premier bilan de la soirée jeux du samedi 31 octobre :
- 2 bouteilles de rouge,
- 2 bouteilles de blanc sec,
- 2 bouteilles de blanc moelleux,
- 2 bouteilles d’1,5 l d’eau,
- 1 brique de jus d’orange et
- quelques verres de Porto et de Martini, 7 cafés expressos et 1 mug de thé.

Le reste, ce n’était que des jeux...

Oui, j’ai mis le temps avant de publier ce compte-rendu de soirée jeux devenu traditionnel. Mais il vaut mieux tard que jamais. Non ?

Voici ci-dessous le détail de cette soirée.

Guests

Par ordre d’apparition, se sont présentés à la soirée : Seb, Aude, Benjamin, Gaël et Yann. Beaucoup plus tard est arrivé Stéphane (vers 23h00).
Nico devait venir mais s’est fait excuser.
Nous attendons toujours Florian qui devait terminer son match de football américain à 22h00.


Logistique

Pour optimiser la soirée, un buffet campagnard était servi. Chacun apportant une partie du repas. Cette organisation nous a permis de pouvoir continuer à bâfrer sans cesser de jouer.


Seb a apporté le fromage, Yann la bibine et Aude les cornichons. Je me suis occupé de la charcuterie et des détails.
La palme de la cuisinière a été remportée par Gaël qui était venue avec un très bon gâteau.

Parties

- Asteroyds

Voici un jeu qui pour beaucoup d’entre-nous était inconnu. Un jeu récent des éditions Ystari mais dont le style dépare avec les mécanismes de jeu auxquels nous avaient habitués cette excellente maison d’édition spécialisée dans les jeux « à l’allemande ».

Asteroyds, jeu apporté par Seb, est un jeu de programmation proche de Robotrally, dans lequel plusieurs scenarii de départ peuvent être choisis pas les joueurs. Ce genre de jeux ne fait habituellement pas parti de mes favoris, mais il reste très plaisant à jouer.


Le thème est simple. Les joueurs doivent guider leurs vaisseaux spatiaux en anticipant les mouvements des astéroïdes qui risquent de les percuter. Pour ce faire, un minuteur limite le temps de réflexion et de programmation de ces mouvements. Il s’agit d’un jeu où il ne faut pas être dyslexique et où il faut donc bien distinguer sa droite de sa gauche.

Le scénario choisi ce soir là était, à mon avis, beaucoup plus intéressant que celui que nous avions choisi lors de la première partie de ce jeu que j’avais joué courant août chez Seb. Ce dernier consistait à faire passer son vaisseau par une série de portes.

Pour le scénario choisi, les joueurs formaient deux équipes. Six cibles par équipe étaient réparties sur les astéroïdes en mouvement. Il fallait toutes les dégommer avant que l’équipe adverse réussisse à le faire.


Ainsi, il y avait : Aude, Yann et moi d’un côté et Benji, Gaël et Seb de l’autre... C’est sûr que les non habitués ont très mal démarré. Seuls Seb et moi avions joué à ce jeu. Mais, comme les équipes étaient plutôt équilibrées, après plusieurs tour de jeux, chacun a pu prendre ses marques et le score a été très longtemps serré.

Bilan :

Nombre de cibles touchées par joueur.

Équipe A Équipe B
Aude 0 Benji 0
Moi 2 Gaël 3
Yann 3 Seb 3
Total 5 Total 6

L’équipe B est l’équipe gagnante.

- Dobble

Entre la poire et le fromage, nous avons testé Dobble, un « jeu apéro », lui aussi apporté par Seb, dans la lignée de Speed ou de Jungle Speed. À cette partie, nous avons pu intégré Stéphane (alias Yodok) qui était arrivé entre-temps.


Là aussi plusieurs scenarii possibles, mais le thème général est de réussir à faire des pairs dans un temps le plus bref possible afin de vider sa main de carte (ou de remplir la main des autres) avant que les autres aient pu le faire.

Nous avons enchaîné plusieurs parties et testé plusieurs scenarii. Il s’agit d’un bon party game à condition de ne pas le sortir trop souvent. Les scenarii ne se valent pas tous. Ils sont du moins à choisir en fonction du nombre de convives autour de la table.

Vainqueur au nombre de défaites cumulés : Stéphane. Ce qui lui a fait dire que ce jeu n’était pas pour lui.

- Citadelles

Nous étions sept et le nombre de jeux qui se jouent à sept n’est pas élevé. Mais c’était l’occasion pour nous de ressortir un jeu que nous n’avions pas sorti depuis un bail, j’ai nommé : Citadelles.


Je ne détaillerai pas ce jeux qui est quand même un « best seller » du genre. Toujours est-il qu’il nous a pris une bonne partie de la soirée et qu’il fut le théâtre de moults retournements, de coup bas, le lâches agressions et de manipulations. Pour, au final, donner la victoire ex æquo in extremis de Aude et Stéphane pas si loin des suivants.


- Wanted

Pour poursuivre la soirée à une heure où nous étions plus proche de l’aube que du crépuscule, Yann a sorti sa boite de Wanted ; très bon jeu au demeurant même si à mon sens l’ergonomie est à ch**r.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Wanted, sachez que comme pour Les Loups-Garous de Thiercelieux, les joueurs ne connaissent pas le camps dans lequel ils se trouvent au début de la partie. Seul le rôle du shérif est dévoilé au début. Il s’agissait de Seb qui s’est mis à porter l’étoile.

D’office, Aude (à la droite du shérif) s’est mise à tirer sur son voisin de gauche, Yann augurant son rôle d’adjoint. Mais en réalité, elle ne l’était pas et tirait au bluff en s’attaquant avec beaucoup de chance sur un vrai adjoint. De mon côté, j’ai fais croire également au shérif que j’étais soit un adjoint, soit le renégat. J’ai ainsi évité les foudres du shérif en début de partie alors que j’étais un simple hors-la-loi. Yann, le premier adjoint, s’est vite retrouvé éliminé. Mais Aude étant fatiguée est partie faire un somme sur le canapé, laissant son personnage à Yann qui en a repris la gestion.


De mon côté, j’ai vite cerné Stéphane comme étant renégat et je me suis concentré sur lui perturbant toujours la perception du jeu du shérif qui me croyait son allié. Benji, seul autre adjoint n’a pas fait long feu sous les tirs croisés de Gaël et Yann, laissant Seb tout seul.

Ainsi, les adjoints et le renégat étant morts, les Hors-la-loi avaient le champs libre pour en finir avec le shérif.

Winners : les hors-la-loi, sans une seule perte.

- Gheos

Gaël, Benji et Yodok nous ont faussé compagnie à ce moment là. Aude dormait toujours dans le canapé.

Sébastien a alors sorti un autre de ses jeux. Yann et moi n’y avions jamais joué. Il s’agit de Gheos. Un jeu ayant un air de famille avec Carcassonne et avec le jeu vidéo Populous.

Dans ce jeu, nous sommes des dieux et il faut miser sur la bonne population. Celle qui nous rapportera un grand nombre de fidèles et de points de victoire. Pour ça, il faut modifier le paysage (en ajoutant ou déplaçant des tuiles en carton), ce qui va modifier les rapports de force sur le terrain. Et puis pourquoi ne pas sacrifier une population si elle ne nous rapporte pas suffisamment de fidèles...


Le jeu est un peu frustrant. On ne connait pas les moments où l’on bénéficiera des décomptes de points. En fonction du moment où ceux-ci tombent, ça peut-être très avantageux ou pas du tout pour le joueur. De même, les joueurs tirant des "temples" sont très avantagés par rapport à ceux qui n’en toucheront pas de la partie.

Seb a gagné grâce à sa grande expérience du jeu. Je suis arrivé second malgré une piètre gestion de la partie due à l’heure avancée et malgré l’acharnement de Seb contre moi. La raison en ai que j’ai bénéficié de beaucoup de chance au tirage. Ce qui n’a pas été le cas de Yann, troisième. Le tirage des tuiles l’a beaucoup desservi alors qu’il avait pigé bien avant moi les tenants et aboutissants du jeu.

Il me semble que le chaos induit par le tirage des tuiles et l’instabilité des décomptes apportent trop de déséquilibre à ce jeu pourtant très intéressant dans ses mécanismes. Malgré ses défauts, il garde un goût de reviens-y. À retester. Peut-être que la première partie n’était pas un reflet de la véritable richesse de ce jeu qui a une note de 4 sur 5 sur Tric Trac.

Fin

Il devait être 05h00 du matin selon la nouvelle heure, il fut temps de se quitter.

Vite vite, une autre soirée jeux !