Café Expresso

, par  Laurent , popularité : 4%

Vous serez d’accord avec moi, il n’y a pas meilleur que le café expresso.

Un bon café espresso fumant, mousseux, tout juste coulé du percolateur à pression, c’est le petit plaisir de la journée. Un de ces petits bonheurs qui vous font supporter les tracas de la vie.

Mais, la flemme de tout un chacun -cette flemme qui pousse les marketteux à trouver des nouveaux conditionnements, des nouveaux produits pour nous "libérer" du quotidien- nous fait acheter des petites dosettes souples en papier. [1]

En effet, qu’est ce que payer une fois et demo plus cher un café [2] qui ne s’éparpille pas dans la cuisine quand on essai de le doser dans la machine. La dosette, n’est-ce pas une révolution pour ceux qui à l’issu de la préparation du breuvage divin, prenaient l’habitude de frapper comme un sourd le porte-filtre sur le rebord de la poubelle avec une grande chance de répandre le marre sur le carrelage ?

Encore une libération de la ménagère !

Oui, mais voilà. Avec les dosettes souples en papier se posait le problème du choix. Solution de facilité certes ; mais elle nous imposait la médiocrité. Le café était cher, mais sans luxe. Juste bon, mais pas merveilleux. Où sont les arômes, où sont les parfums des cafés d’exceptions ? Comment se ravitailler en or noir sans être obliger d’acheter du bas de gamme ?

J’en était là de mes réflexions quand au détour du rayon d’un supermarché je tombe sur un sachet beige. Tiens, une marque de café en dosette que je ne connaissait pas. Méo. En plus, elle n’a pas l’air beaucoup plus cher que les autres. Je suis curieux : j’achète et je goûte.

Et là, c’est la révélation ! Un délice !

Donc, si vous aussi, vous aimez le café expresso et que vous êtes déçus par les dosettes habituelles. Je vous conseille les dosettes de café Méo.

En plus, les dosettes Méo ont le label Max Havelaar [3] qui, comme vous le savez, garantissent des conditions de vie descentes aux cultivateurs grâce à ce qu’on appelle le Commerce Équitable.

Rassurez-vous, je n’écris pas ça pour faire dans le politiquement correcte. Car jusque là je n’ai pas été convaincu par les produits issus du "Commerce Équitable". Plus chers et moins bons, c’était ma conclusion. J’avais testé du thé Earl Grey Max Havelaar et j’avais détesté le goût. Mais ce café là est vraiment très bon.

Bon, ce n’est pas tout, mais il faut que je finisse ma tasse.

Bon expresso à vous !

Voir en ligne : Le Label Max Havelaar

Ce n’est pas de la pub. Je ne suis pas payé par Méo. C’est juste une constatation empirique faite en essayant toutes les marques de dosettes. Si vous avez de bon plans, faites m’en part.

[1Je ne parle pas ici des dosettes rigides de type Nespresso, qui sont à mes yeux une grosse arnaque. Certes le café est bon, mais la clientèle est captive et ne peut pas choisir son café ailleurs. Et le café est beaucoup plus cher : 0,20€ par dosette souple en moyenne contre 0,33€ par dosette Nespresso.

[2Dosette = environ 18€/kg contre 11€/kg le café expresso classique.

[3Max Havelaar :
C’est le titre d’un roman néerlandais écrit au XIXe siècle par Edouard Douwes Dekker. Son héros humaniste, Max Havelaar, dénonce l’oppression des paysans d’Indonésie par un système commercial injuste fondé sur l’exploitation des plus pauvres. Éditions Actes Sud, collection Babel, 439 pages.

Le label Max Havelaar est né de cet appel des producteurs de café mexicains :« Évidemment, recevoir chaque année vos dons pour acheter un camion ou construire une petite école pour que la pauvreté soit plus supportable, c’est bien. Mais le véritable soutien serait de recevoir un prix plus juste pour notre café. » Cet appel a été entendu par des Néerlandais qui ont créé en 1988 l’association Max Havelaar et le label du commerce équitable.