Comment gérer la logistique d’une partie de jeu de rôle à distance ? (3/3) Le jeu de rôle en confinement – partie 6

, par  Laurent , popularité : 4%

Dans l’épisode précédent, nous avons choisi le logiciel que nous allions utiliser pour nos visioconférences de jeu de rôle. Maintenant, comment allons-nous organiser notre table de jeu à distance ?

Nous avions décidé de nous passer d’un outil spécialisé comme Roll20 ou Rolisteam. Nous allions utiliser un outil grand public comme Jitsi Meet. Il restait à savoir comment simuler une table de jeu avec des cartes et des dés ?

Voilà la configuration de notre table de jeu de rôle :

  • 1 meneur de joueur (moi),
  • 1 joueuse dans une même pièce (ma compagne),
  • 3 joueurs à distance et chacun chez lui.
  • Équipement des joueurs à leurs domiciles
    En fonction des cas, ils ont utilisé leurs équipements pro ou perso et un casque avec micro. L’un des joueurs n’avait que les enceintes de son PC et un micro classique. Il a réussi à jouer malgré le bruit ambiant. Le réflexe qu’il faut avoir pendant la partie est de couper le micro lorsqu’on ne prend pas la parole. L’avantage de Jitsi est que l’on peut utiliser la barre d’espace du clavier pour activer le micro à la demande. Cela permet de faire un alternat, comme le bouton d’un talkie-walkie. En maintenant la touche appuyée, le micro est activé. En lâchant, le micro est coupé.
  • Équipement de la joueuse qui partage mon toit et avec qui j’étais confiné,
    Elle a utilisé une tablette qui pouvait zapper du WiFi à la 4G en cas de connexion Internet défaillante [1]. Pour le son, elle a utilisé un kit main libre de téléphone et pour la vidéo, c’est la webcam de la tablette qui était utilisée. Sur celle-ci, nous avions installé l’appli Jitsi. Comme la joueuse était présente dans la même pièce, elle avait moins besoin de voir la table de jeu. Elle l’avait sous le nez. Elle pouvait activer et couper le son avec le bouton du micro du casque.
    L’avantage de Jitsi, est que l’on peut, sur son PC, couper le retour son d’un interlocuteur se trouvant dans la même pièce que vous et ainsi éviter l’effet d’écho.

  • L’équipement du MJ (c’est-à-dire, mon équipement).
    J’ai un exemplaire des règles. j’ai imprimé les feuilles de personnages de tous les joueurs. Et à partir de là, c’est à ce moment que les affaires se corsent. En tant que MJ, il fallait que je puisse à la fois me montrer en train de narrer les histoires et en plus présenter les plans, les illustrations et les jets de dés. Pour ça, j’ai dû cogiter longtemps. Les idées ne sont pas venues tout de suite, mais après plusieurs expériences, toute la logistique la plus optimale s’est mise en place logiquement.
    • Équipement pour l’image et le son
      Pour l’image de ma tête et le son de ma voix, j’ai utilisé un PC portable équipé d’une webcam branché en filière à ma box Internet. À cet ordinateur, j’ai connecté le casque Jabra spécial Skype qui m’a été fourni par mon employeur pour les téléconférences. Plusieurs fenêtres du navigateurs sont ouvertes en même temps sur l’écran du PC. L’une sur Jitsi et l’autre sur le Drive de Google d’où je partageais les éléments du scénario avec mes joueurs. J’avais aussi un traitement de texte ouvert où toutes mes notes sur l’histoire étaient rassemblées (vous verrez-ça lors d’un prochain article). Le raccourci clavier Alt + Tab me permettant rapidement de jongler d’une fenêtre à l’autre sans altérer le cours du récit.

    • Équipement pour filmer le plateau de jeu
      Comme j’avais choisi de ne pas passer par une application spécialisée mais par un logiciel de visioconférence classique, il me fallait un moyen pour diffuser les cartes, les plans, les illustrations, les jets de dés et éventuellement la position de chaque joueur en cas de bagarre.
      Le mieux est de filmer la table de jeu sur laquelle tout est installé exactement comme si les joueurs étaient réellement présents. Pour ça, il me fallait une « paluche », comme ils disent à la télé. C’est-à-dire une caméra mobile que l’on peut manipuler à la main. Et quoi de mieux qu’un vieil ordiphone inutilisé ?

L’écran est cassé, mais l’optique de la caméra est de très bonne qualité. J’ai fait plusieurs tests pour transmettre la vidéo. Le WiFi du téléphone fonctionne parfaitement et peut se connecter au réseau domestique. Il n’y a pas besoin de carte SIM et de connexion 4G.
Je teste d’abord Droidcam, qui permet très facilement de transformer un ordiphone en webcam déportée via le WiFi. Cela marche très bien [2]. Mais avec cette solution, du coup, je devrais choisir entre montrer alternativement ma tête de MJ à mes joueurs ou la table de jeu. J’opte plutôt pour installer l’application Jitsi Meet et pour connecter le téléphone à l’instance Jitsi le jour J. La webcam de l’ordinateur servira à montrer ma tête, celle du téléphone la table de manière fixe.


Ensuite, il me faut un support. Il faut que cette webcam improvisée puisse surplomber la table afin qu’elle filme les cartes, les pions et les dés. Pendant les premières séances, j’ai accroché l’ordiphone à une lampe de salon avec des colliers de serrage de type serflex. Ce n’était pas pratique du tout pour régler l’angle et éventuellement intervenir sur l’appareil. L’appareil lui-même provoquant une ombre qui ne permettait pas de filmer avec suffisamment de luminosité. Pareil en l’accrochant à un pied d’un appareil photo. Cela ne permettait pas une prise de vue « vol d’oiseau ».
C’est alors que j’ai eu un flash. J’ai utilisé ça :


Et là vous vous demandez : « quoi ? Il a utilisé un tabouret ? ». Oui, le tabouret qui sert à attraper les boîtes sur les étagères du haut dans le placard est pile-poil à la bonne hauteur ! Et surtout, en son centre, il y a ce trou destiné à glisser la main pour le soulever. La manipulation de la webcam devient plus facile. Je n’ai plus qu’à poser l’ordiphone-webcam dessus, l’objectif dans l’encadrement du trou du meuble pour filmer vers le bas à la distance idéale de la table de jeu.


J’ajoute une lumière sur le côté et voilà ce que ça donne in vivo :


    • Équipement du plateau de jeu
      Pour compléter le tout, la table est recouverte d’un grand tapis spécial jeu de rôle sur lequel on peut écrire au feutre effaçable. Ce tapis est très pratique pour improviser des dessins à main levée, comme dans l’exemple ci-dessous. Le tapis, lavable à sec, a deux faces. L’une est quadrillée et l’autre non. Je préfère la partie quadrillée pour rapidement identifier les distances. Le tapis fait 60 cm par 76 cm. Je le trouve très pratique et vous pouvez le trouver dans le kit de MJ Casus Belli disponible ici [3]. Si je ne l’avais pas eu, j’imagine que quelques feuilles de tableau de papier [4] auraient pu faire l’affaire.

Au final, je préfère cette solution. C’est-à-dire un tapis de jeu et une webcam aux solutions comme Roll20 qui sont trop figées et qui nécessitent de tout préparer ne laissant que peu de place à l’improvisation.

<< Article Précédent | Article Suivant >>

Et vous ? Avez-vous imaginé un moyen original d’animer des parties de jeu de rôle ? Bricolez-vous des tables de jeu particulières ? Comment s’est passé vos expériences de jeux de rôle en confinement ? Laissez vos commentaires ici.

[1La connexion 4G pouvait nous servir en sauvetage au cas où l’Internet plantait.

[2Même si ça altère un peu la bande passante du WiFi domestique.

[3Je répète, je ne touche aucune com’, contrairement à bon nombre d’autres blogs de passionnés.

[4Feuilles de « flipchart » en anglais ou de « paperboard » en français anglicisant qui se veut branché et qui invente des faux termes en anglais. En anglais, paperboard, ça veut dire carton.