Darfour

, par  Laurent , popularité : 2%

Pendant la campagne présidentielle, nous entendions un candidat se déclarer pour un boycott des Jeux Olympiques de Pékin de 2008 par la France.

Beaucoup de gens ont trouvé cette idée ridicule. Mais qu’avons nous comme moyen de pression sur la Chine ?

Pour rappel

La Chine, qui achète les deux tiers du pétrole soudanais et vend à Khartoum armes et appareils militaires, s’est opposée à des sanctions contre le Soudan.

Si boycotter les Jeux Olympiques est le seul moyen pour que la Chine change de position, on évitera peut-être des milliers de morts alors que s’y déroule actuellement un génocide que tout le monde à l’air d’oublier.

Génocide au Darfour

Un peu d’histoire

C’est une affaire grave, et je vais essayer de faire simple sans être simpliste :

Le Soudan est dirigé depuis un coup d’état en 1989 par le Général Omar El-Béchir, issu d’un groupe ethnique arabo-musulman du nord du pays. Celui-ci a déclaré l’extension de la charia dans tous les États du pays, même les régions noires et non musulmanes du sud. La loi pénale de ce pays prévoit la possibilité d’être condamné à l’amputation ou à la lapidation.

Les ethnies du sud noires, chrétiennes ou animistes subissaient depuis des années une politique économique en leur nette défaveur au profits des habitants du nord. Notamment lors des sècheresses et des pénuries des années 1980, le manque d’investissement dans les infrastructures du sud empêchait l’arrivée des aides humanitaires.

Les ethnies du sud sont donc depuis le précédent coup d’état de 1983 et depuis les famines de 1984-85 en perpétuelle insurrection. Mais depuis 1989, ces groupuscules rebelles haussèrent le ton, accentuant une guerre civile qui durera près de 26 ans (1983-2003).

Entre 2002 et 2003, ont été entamés des pourparlers en vue de la fin de la guerre civile dans le sud du Soudan. Le sud bénéficiera ainsi d’une part de la manne pétrolifère qui y est exploité.

PNG -
Carte du Darfour

Mais, en 2003, voyant ses accords de paix et croyant pouvoir avoir droit au chapitre, c’est à l’ouest du Soudan, au Darfour, que des voix se dressent contre le régime de Khartoum. D’autant que la découverte de gisements de pétrole attise les convoitises des entreprises d’État au grand détriment des populations locales qui n’en tirent aucun bénéfice.

Le gouvernement de Khartoum ne réagit pas, mais laisse les milices arabes frustrées de la fin de la guerre civile avec le sud, user de répression contre les opposants du Darfour. C’est le début d’une nouvelle guerre civile, dite Guerre du Darfour, qui dure jusqu’à aujourd’hui.

Ces milices arabes, les Janjawids [1] nourries et équipées par le régime d’Omar El-Béchir se comportent en Seigneurs de Guerre et font régner l’ordre par le viol, le pillage et la terreur sur des populations noires du Darfour qui sont pourtant elles aussi musulmanes.

C’est le secrétaire d’État américain Colin Powell qui le premier qualifiera les évènements du Darfour de génocide en septembre 2004 sur la scène Internationale.

Cette guerre civile provoque des tensions dans les pays alentours et notamment au Tchad où les mêmes ethnies d’origines noires ou arabes sont établies et soutiennent les leurs au Darfour. Ainsi, l’Union Africaine s’est engagée activement dans la résolution du conflit du Darfour, où c’est la première et la plus grosse mission de maintien de la paix gérée par une institution africaine. Les soldats français sont à leur côté au Tchad et en Centrafrique.

JPEG -
Rebelle du Darfour
en octobre 2004.

Résultats

Le conflit du Darfour a provoqué la plus importante crise humanitaire de ce début du XXIeme siècle (probablement 300.000 morts [2] et 1,85 million de déplacés ; 230.000 réfugiés au Tchad, rien que pour l’année 2006).

Le conflit s’étend actuellement au Tchad et en Centrafrique, où les les Janjawids tentent des incursions contre les camps de réfugiés. Ces escarmouches ont provoqués d’ailleurs il y a un peu plus de deux mois l’intervention des parachutistes français dans une opération militaire aux côtés de l’Union Africaine. Cette intervention est totalement passée inaperçu en France métropolitaine, celle-ci étant sans doute trop obnubilée par les élections présidentielles. C’était une première depuis Kolwezie en 1978.

En conclusion

Menacer de boycotter un évènement sportif futile, un spectacle pour pays gâtés et ainsi peut-être faire changer de position la Chine sur sa politique Africaine. Si ça permet de sauver des milliers de vies et réduire les hostilités. J’approuve totalement.


Sources :

- Wikipédia : Histoire du Darfour
- Wikipédia : Guerre du Darfour
- Le Monde Diplo : Les protagonistes du conflit
- Le Monde Diplo : Un génocide ambigu
- Skyblog sur le Darfour
- Libé : Les paras français ont sauté

[1les Esprits-chevaux.

[2victimes d’attaques et de famine.