Kōya-san Japon 2016

, par  Laurent , popularité : 5%

En mai dernier, notre périple nous mène au sommet de la montagne Kōya. Cette montagne est un haut lieu du bouddhisme ésotérique Shingon.

C’est au sommet d’un plateau qui culmine à 800m d’altitude et qui était quasi inaccessible à l’époque, qu’un bonze du nom de Kūkai, venu de Chine pour introduire le bouddhisme Shingon au Japon, est venu prier.

Lien vers l’article

Il a trouvé sur ce haut plateau un site propice à la méditation. C’est donc au sein de cette épaisse forêt de cryptomérias qu’il a décidé en 816 de s’y installer, devant ce paysage enchanteur entouré de huit montagnes sacrées qui évoquaient pour lui le Royaume de la Matrice, le lotus à huit pétales où siège le Bouddha. C’est devenu par la suite l’immense complexe religieux de Kōya-san. Il y a maintenant 117 temples.

Le plus gros temple de Kōya-san est le Danjōgaran. C’est en son centre qu’on retrouve le Konpon Daitō une pagode vermillon haute de 49 mètres qui d’après la pensée Shingon est au centre d’un mandala en forme de fleur de lotus couvrant tout le Japon.

Le Daimon, gardait l’accès au complexe religieux de Kōya-san. C’est un bâtiment immense mesurant 25 mètres de haut pour 21 mètres de large et sept mètres d’épaisseur. Elle abrite les deux gardiens de Niō sculptés par Koi et Uncho pendant l’ère Edo.

Le temple de Kongobuji quant à lui est connu pour son magnifique jardin zen.

Voir en ligne : Cliquez ici pour voir l’ensemble des photos du mont Kōya.