Les Cyclades, seconde partie

, par  Laurent , popularité : 2%

Après avoir visité des îles assez calmes, je vous propose une escale sur Delos, Mykonos et Santorin. Ces îles sont de loin les plus visitées des Cyclades. Si des foules de touristes s’y pressent, cela ne veut pas dire que ces îles ne sont pas aussi diversifiées : Delos, le témoignage historique, Mykonos, la fêtarde et Santorin, le phénomène de la nature.

Vous pouvez cliquer sur les diaporamas pour ouvrir et voir les photos en grand.

Delos

Delos n’est plus aujourd’hui habitée que par une poignée d’archéologues. Les touristes arrivent par bateau et ne restent sur l’île que le temps de la visite. Car Delos n’est plus qu’un témoignage du passé jadis florissant des Cyclades. Il fut une époque très ancienne où Ermoúpoli sur Syros n’était pas la Capitale des Cyclade. Durant l’antiquité, c’était sur Delos, l’île qui aurait vu naître le dieu Apollon, qu’existait le plus gros port de commerce de la Méditerranée. Toutes les nationalités de l’antiquité y étaient représentées avec des sanctuaires pour tous les cultes du monde antique. Dans l’Agora des italiens à Delos, à cette époque, il pouvait s’échanger jusqu’à 10 000 esclaves par jour. Pendant la domination romaine, l’île fut un port franc ce qui a assis sa prospérité durant des années.



La prospérité de Delos subsista jusqu’à ce que le roi perse Mithridate VI, ennemi de Rome, massacre entièrement la population de l’île en -88 et laisse les Cyclades à la merci des guerres et de la piraterie. L’île n’a plus bougé depuis ce jour funeste, nous laissant un témoignage irrémédiablement figé de l’époque de sa grandeur.

Mykonos

Voici l’île vedette des Cyclades. Je n’y suis pas resté longtemps, je ne la connais pas bien. Ce que je peux dire, c’est que c’est l’île qui attire la jet-set européenne. C’est un grand centre festif équivalent oriental de Ibiza en Méditerranée occidental. Historiquement aimée des hippies et des naturistes, c’est à l’heure actuelle surtout le rendez-vous des stars, des fêtards et des gays. Les premiers préférant de plus en plus se tourner vers les autres îles de l’archipel.


Ce que j’ai retenu de Mykonos, c’est surtout que les prix étaient doublés par rapports aux îles voisines. 80 % de la population est constituée de saisonniers qui migrent vers Athènes pour passer l’hiver.

Santorin

Si les Cyclades méritent le voyage, c’est en grande parti pour Santorin. Et ça commence à se savoir. Il suffit de voir le nombre de paquebots qui mouillent au pied des hautes falaises de l’île pour s’en convaincre. Car Santorin est une très impressionnante curiosité de la nature. Il s’agit de la caldeira la plus vaste du monde.

Il y a 40 siècles, l’île était ronde et abritait un volcan. On pense qu’en -1665 le volcan entra en éruption vidant la cavité de lave sous pression qui occupait ses entrailles. Alertée par les signes précurseurs de l’éruption, la population de l’île avait eu le temps d’évacuer l’île. Toutefois, la cavité de lave étant vide, l’île s’est effondrée sur elle-même provocant le plus grand cataclysme connu du monde antique. Un tsunami de 40 mètres de haut déferla sur la Crète voisine au sud accélérant la chute de la civilisation minoenne. Cet événement a y eu des répercussions dans toute la Méditerranée.


À l’heure actuelle, il ne reste de cette éruption que cette drôle d’île en forme de croissant dont les impressionnantes falaises surplombent la mer d’une hauteur de 300 mètres. Au centre du croissant, réémerge le nouveau volcan. À ce majestueux spectacle, s’ajoute l’ingéniosité des hommes qui ont perchés tout en haut de ces abruptes basaltiques de jolies petits villages blanchis à la chaux comme autant de sommets enneigés. Il est dommage que ces charmants villages n’aient plus rien de traditionnels et ne soient plus que des parcs d’attraction pour touristes.