Réunion de l’amicale des anciens de Magister Dixit

, par  Laurent , popularité : 3%

Le 5 novembre, nous organisions une soirée dédiée aux jeux de société chez moi.

C’est à 17 heures que les premiers convives se sont présentés. L’un d’eux, Yodok, m’avait apporté le jeu Ca$h’n Gun$.

Sophie, Yodok et Regi_Snow.

- Ca$h’n Gun$.

Après, la dégustation d’un café accompagné de petits gâteaux, nous commencions la première partie. Ca$h’n Gun$ nous tendait les bras. Le cellophane enlevé, les règles parcourues rapidement, nous pûmes commencer avec les règles allégées. Le jeu s’avéra facile, être très drôle et très visuel (il a même effrayé les voisins, heureusement que le sourire de Nicolas les a rassuré [1]). Nous avons enchaînés trois parties en adoptant petit à petit toutes les règles avancées. Nous étions d’abord à quatre, puis un cinquième joueur, Yannou, est arrivé pour la dernière partie.

Le jeu dont le thème n’est pas politiquement correct consiste à se partager le butin d’un braquage entre plusieurs gangsters. Mais le partage tourne mal, et c’est le résultat d’une fusillade qui va déterminé qui sera le bénéficiaire de la plus grosse part. Le jeu est vendu avec une demi-douzaine de pistolets factices. Mais l’enjeu est également de déterminer qui est la taupe de la police parmi les autres braqueurs. Lors de la dernière partie, c’est le représentant des Forces de l’Ordre qui a gagné. Nous avons difficilement résistés à la tentation de brûler quelques voitures.

Ce jeu est une bonne surprise. Très limité sans les règles avancées, il promet tout de même une franche rigolade et des parties diversifiées en cumulant toutes les variantes. Le gros avantage également est que tous les joueurs jouent en même temps et qu’il n’y a pas de temps mort. On ne peut pas s’embêter en attendant son tour. Toutefois, j’ai un bémol, je doute de sa longévité et j’ai peur qu’il lasse assez vite. A voir.

La soirée s’est poursuivie avec l’arrivée du reste des commensaux vers 19 heures 30. Ce fut Gaël et Hugh dans un premier temps. Nous pûmes prendre ainsi l’apéritif.

Sophie et Yodok se retirant et laissant la place chaude pour Aude et Seb. Nous étions sept ce qui nous a permis d’enchaîner avec une partie des Chevaliers de la Table Ronde.

- Les Chevaliers de la Table Ronde.

Il s’agit d’un jeu coopératif qui apporte une ambiance inhabituelle autour de la table. Il n’y a pas de compétition ; tous les joueurs œuvrent pour une même cause. Ils jouent ensemble contre l’avancée des Forces du Mal. Pour certains des joueurs c’était la première fois qu’ils abordaient ce type de jeu. Le partie s’annonçait très très mal pour la coalitions des chevaliers : cinq épées blanches contre six épées noires sur la table ronde et un déferlement d’engins de sièges. C’était sans compter l’extrême magnanimité du joueur félon qui décida de laisser une maigre chance aux chevaliers en se dévoilant avec une carte Destinée. Sans ce sacrifice, la partie s’annonçait très mal et les chevaliers purent ravir le Graal in extremis.

Entre deux tours de jeu, les joueurs purent se délecter tour à tour de bouchées au fromage, d’un cake salé au noix apporté par Gaël et d’une tarte à l’oignon home made. Ce fut également à l’heure du retour du Yodok que nous avons entamé le dessert : une tarte au citron accompagné de champagne pour marquer l’occasion.

Café, Thé, dijo et Yodok nous expliqua les règles de London 1888.

- London 1888

Que dire de ce jeu ? J’ai un sentiment assez mitigé. Il me rappelle par certains côtés les gros jeux « à l’américaine » des années 1980. La boite est magnifique et le matériel itou. Le thème est attirant et une vision d’ensemble des mécanismes en font un jeu qui parait intéressant au premier abord. Un jolie mélange mature et réaliste entre Cluedo et Scotland Yard très inspiré de From Hell. Le but étant de démasquer parmi les autres joueurs qui est Jack l’éventreur et de le pourchasser dans Londres en un nombre de tour limité. De plus le jeu colle parfaitement à la réalité historique et à l’ambiance de l’époque.

C’est sous les traits de Seb alias Netley le cocher que se cachait Jack ce soir là. Il avait en face de lui sept ennemis prêt à l’occire ou le jeter en prison.

Toutefois, à mon avis, le jeu London 1888 donne une impression de ne pas être fini. Il s’agit d’un jeu un peu bancal, dont les règles sont inutilement confuses et malhabiles. Idem pour l’équilibre entre les différents personnages et lieux. Le jeu aurait peut-être dû être simplifié ou fluidifié. Voir, il aurait du être rendu plus abstrait quitte à s’éloigner quelque peu du thème principal. Cela aurait permi de le rendre plus agréable à jouer. Certains aspects du mécanisme de ce jeu n’ayant aucune franche utilité dans la stratégie, car ne servant uniquement qu’à l’ambiance et/ou au thème. Donc, il aurait mérité une version beaucoup plus light avec la possibilité par la suite de sortir des extensions et des variantes pour les fans que ce jeu n’aurait pas manqué de susciter.

Donc, à mon avis, ce jeu aurait peut-être mérité de plus longues séances de tests avant d’être commercialisé. Dommage que la sortie évènement de ce jeu ne soit qu’un pétard mouillé.

Après la mise en prison de Seb alias « Netley », il était 4 heures 10 du matin. Ce fut le temps pour nous de nous séparer... Jusqu’à la prochaine soirée jeu !

[1Heu, je ne suis plus très sûr, là. :-(