Une année de cinéma

, par  Laurent , popularité : 2%

Au cinéma, c’est mieux que dans son salon. Il y a encore une ambiance, une atmosphère ou un cérémonial que les installations de « home-cinéma » ne remplaceront pas (sauf peut-être les chieurs qui ne peuvent s’empêcher de parler ou de grignoter du pop-corn surtaxé).

En une année j’ai vu beaucoup de films, et je propose ci-dessous un petit récapitulatif des films qui m’ont marqués cette année.

- A history of violence

de David Cronenberg

Bof bof... Un début incroyable qui lance pleins d’interrogations. On
croit que le film va servir à une réflexion intelligente sur la violence
et sur ce qu’elle engendre au sein d’une famille. <SPOILER-ROT13> Rg
ovra aba, çn fr grezvar ra oêgr svyz fhe ha eètyrzrag qr pbzcgr qr
znssvrhk. [1] Promesses non tenues à mon avis. Mais ça se regarde.

- Chevaliers du ciel (Les)

de Gérard Pirès

Je dois dire que je suis allé voir ce film à reculons. Mais, même si ce
film est bourré de mauvaise testostérone avec ses « vrais hommes virils
et machos », ses voitures de sport et sa scène de strip-tease
complètement inutile ; même si le film est truffé de pubs et de placement
produits envahissants ; Les chevaliers du ciel enfonce tous les films
de ce genre en ce qui concerne le prises de vues aériennes. Le balai
aérien des mirages est bluffant et je ne me souvient pas (depuis
TopGun compris) d’un film rendant aussi bien le vol en jets. A la poubelle
Furtif et ses avions en images de synthèse. Un film a voir que sur
grand écran.

- Crazy Kung-fu

de Stephen Chow

Plus c’est gros plus ça passe, de l’humour chinois à la Shaolin Soccer
ou King of Comedy. J’adore, mais je comprends que ça ne passe pas avec
tout le monde.

- De battre mon cœur s’est arrêté

de Jacques Audiard

Le très bon film du réalisateur de Sur mes lèvres avec de bons acteurs
dedans. Duris tout en finesse dans son combat mental pour quitter son
milieu de petites frappes et redevenir pianiste.

- Entre ses mains

de Anne Fontaine

Quelques longueurs mais un suspense incroyable ! Et puis de toute façon,
il y a le talent d’Isabelle Carré ça justifie d’aller voir le film. Et
aussi avec Benoït Poelvoorde.

- H2G2, le guide du voyageur intergalactique

de Garth Jennings

Un film pas mauvais et bien rigolo, mais qui manque du souffle qui marquait le roman. Et bien qu’il s’agisse d’humour anglais, ce n’est pas encore au niveau des Monty Python. Si ce film figure dans ma liste, c’est aussi pour les conditions exceptionnelles dans lesquels j’étais pour le visionner : avec l’équipe du film et surtout grâce à la Yozone.

- Joyeux Noël

de Christian Carion

Je ne crierais pas au chef d’oeuvre. Même s’il y a beaucoup de violons car il faut bien réussir à vous tirer une petite larme, ça reste un très joli film que j’ai apprécié.

- Kingdom of haven

de Ridley Scott

Un beau film épique, plein d’incohérences et d’anachronismes, mais qui
transporte et qui fait rêver. Un genre devenu rare. Je l’ai préféré à
Gladiateur.

- Poupées russes (Les)

de Cédric Klapisch

La cuvée Klapish de l’année. Gentil, très drôle, comme un bon café
auquel on reprendrait bien une tasse.

- PTU

de Johnnie To

J’adore ce réalisateur et ça manière très particulière de filmer des
gunsfights et les viriles relations amies/ennemis de ses protagonistes.
John Woo s’est vendu au diable, Johnnie To l’a dignement succédé.
J’avais vu The Mission, Full TIme Killer, Running out of time et l’année dernière Breaking news et je regrette d’avoir manqué PTU. Ce film est sur ma « viewing list ».

C’est le type du film qui sort dans un trop petit nombre de salles et qui reste trop peu de temps à l’affiche pour permettre au bouche à oreille de fonctionner.

- Revolver

de Guy Ritchie

L’excellant réalisateur de Snatch et de Crime, Arnaque et Botanique.
Il nous signe ici un film dans le même genre d’univers, mais avec
beaucoup beaucoup moins d’humour... Ce qui en déçois certains (dont je
fais parti). De plus ce film, qui lorgne sur Fight Club, donne une
impression de « déjà-vu ». Ces gros points négatifs à part, Revolver se

- Saveur de la pastèque (La)

de Tsai Ming-liang

La pastèque comme moyen de lutte contre la sécheresse vaginale.
Un film... On va dire... Spécial.

- Seven Swords

de Tsui Hark

Un sur deux, c’est le nombre de bons films de Tsui Hark. Le génial réalisateur de films d’actions comme Histoires de fantômes
chinois
, Il était une fois en Chine, de comédies comme Le festin
chinois
, de gun-fights comme Time and Tide est aussi l’auteur de
bouses infâmes comme Double Team, Piège a Hong Kong ou Black Mask 2. Un sur deux, je vous dis. Là, avec Seven swords c’est le deux.

Bref : décevant. Mais j’ai l’impression, comme un sixième sens, d’avoir été mis en présence d’une version tronquée du film. Je crois qu’il s’agit d’une version remontée pour l’exploitation en salle et le public occidental. J’émets l’hypothèse qu’il existe une autre version beaucoup plus regardable.

- Shaun of the dead

Un bon film sans prétention que j’ai trouvé très rigolo. Une bonne
satyre du genre. J’ai beaucoup aimé.

- Sin City

de Robert Rodriguez et Frank Miller

Il s’agit tout simplement de la seule adaptation de Comics regardable.
Je n’apprécie pas le genre en général, mais sur ce film, j’ai été
bluffé. Chapeau.


Voilà, c’est tout les films sortis dans l’année et que j’ai vu.

Mais j’ai passé sur quelques bouses du type : Les Frères Grimm [2],
The Island, Star Wars 3, Zorro 2...

Je ne ferais pas de commentaires sur ces films que je n’ai vraiment pas aimé.

[1Pour décoder le ROT-13, télécharger l’extension Mnenhy pour Firefox et/ou Thunderbird.

[2Très décevant connaissant le réalisateur : Terry Gillian qui nous avait habitué jusqu’à présent qu’à des chefs-d’oeuvre.