Top 5 des jeux auxquels je ne joue jamais...
mais dont je ne me débarrasserai sous aucun prétexte !
Voici mon top 5 des jeux de société que je possède, mais auxquels je joue très rarement, voir jamais. Pourtant, je ne m’en débarrasserai pas.
Article mis en ligne le 2 octobre 2020
dernière modification le 14 octobre 2021

par Laurent
Il y a des jeux qui restent à la cave. Il y a ceux qui ne sont jamais joués. Il y a des jeux qui ont une faible « re-jouabilité ». C’est à dire que passées les premières parties on s’en lasse vite. Il y a les jeux qui ne sortent jamais car ils ne font pas l’unanimité parmi les commensaux. Il y a les « OK games » [1] qu’on ne va pas garder pour faire de la place sur les étagères. Et, il y a des jeux carrément nuls et dont on ne songe qu’à se débarrasser très vite.

Permalien vers l’article : https://www.acadamia.org/article383

Certains de ces jeux se retrouvent très vite sur Okkazeo (avec deux K), le site spécialisé dans l’occasion des jeux de société [2]. J’ai réussi à revendre quelques jeux dont je trouvais la qualité moyenne et/ou pour lesquels je savais que je ne rejouerais pas souvent. C’est le cas récemment de 7th Continent par exemple. Je l’avais foulancé et après l’avoir reçu, je me suis aperçu qu’il n’était pas pour moi ; même si ce n’est pas un trop mauvais jeu en soi.

Pourtant, il y a des jeux que je ne sors jamais et que je ne revendrai jamais. Voici mon top 5 des jeux auxquels je ne joue jamais et pourtant dont je ne me débarrasserai sous aucun prétexte :

5. 30 carats

de Fabien Chevillon.

30 carats est un jeu d’enchères que j’aime beaucoup, où il faut réussir à acquérir des pierres qui valent beaucoup et se débarrasser des pierres aux valeurs toxiques. La contrainte du jeu est qu’on ne connaît pas la valeur de toutes les pierres que l’on a en main.
Pourquoi il ne sort pas ? Et bien parce que dans mon entourage, à part moi, personne ne l’aime. C’est pourtant un bon jeu.

4. La vallée des mammouths

de Bruno Faidutti et Gérard Matthieu.

Voici un jeu de stratégie et de gestion où il faut faire survivre sa tribu de cro-magnons. L’espace vital y est ridicule, les ressources sont rares. Dans ce jeu, les frustrations sont nombreuses et l’on peut se faire éliminer au cours de la partie. C’est un jeu acéré et tendu. C’est un très bon jeu. C’est aussi un jeu plutôt drôle dans lequel les illustrations rigolotes de Gérard Mathieu ont fait beaucoup pour le succès du jeu. Je ne connais pas les éditions plus récentes.
Pourquoi il ne sort pas ? La vallée des mammouths est d’une longueur indécente face aux jeux modernes. Si en plus vous vous faîtes éliminer dès le début, que faites-vous pendant les deux heures restantes ?

3. Junta

de Vincent Tsao.

Voici un jeu d’un autre temps, long et aux règles bancales et mal écrites [3]. Ce jeu reste un de mes coups de cœurs à cause de l’ambiance qu’il procure autour de la table. C’est à la fois un gros jeu stratégique et l’ancêtre des jeux d’ambiances où les coups fourbes sont légions. Un peu l’ancêtre de Complot ou de Galerapagos mais en beaucoup trop long. Parfois, il me fait penser à Root en moins mignon.
Pourquoi il ne sort pas ? J’aime ce jeu ; mais même moi, j’ai la flemme d’en relire les règles et de le proposer à mes joueurs auprès desquels j’aurais du mal à le vendre.

2. Full Metal Planet

de Gérard Mathieu, Gérard Delfanti et Pascal Trigaux.

Voilà un classique ! Un jeu mythique qui a inspiré beaucoup d’autres jeux. Notamment des jeux vidéos comme Dune 2 et Warcraft. J’ai la chance d’en avoir une boite ! Si elle était en bonne état, elle vaudrait très chère au tarif de l’occasion. Ce n’est pas le cas. Ainsi, elle n’a qu’une valeur sentimentale.
Pourquoi il ne sort pas ? Maintenant, Full Metal Planet ne serait plus considéré comme un bon jeu de société. Il est long, les règles sont bancales et elle aussi sont d’un autre temps.

1. Caylus

de William Attia.

Il s’agit de l’un des meilleurs jeux de tous les temps. Je parle, bien sûr, de la version originale. Il s’agit pour moi d’une référence en la matière. C’est peut-être le jeu qui a popularisé le terme « placement d’ouvriers ». Caylus est le jeu avec lequel j’ai pris le plus de plaisir dans les années 2000 et qui a influencé une foultitude d’autres jeux.
Pourquoi il ne sort pas ? Long, très long et moins apprécié par mes groupes de joueurs habituels que par moi-même. La tendance est aux jeux plus courts et dynamiques. Mais je ne désespère pas de le ressortir à nouveau.