Vive la République !

, par  Laurent , popularité : 12%

Les évènements récents font resurgir en moi quelques interrogations.

Comment ce fait-il qu’en France, de jeunes citoyens français n’ayant strictement rien à se reprocher puissent se sentir menacés par la simple présence d’agents de Police ? Au point de fuir une Police sensée symboliser l’ordre et l’égalité républicaine, garante de la justice. Et ce jusqu’à se faire tuer dans un transformateur électrique.

Comment ce fait-il qu’un ministre (représentant d’une République Française, fière de son patrimoine humaniste et à l’origine des Droits de l’Homme) veuille “nettoyer au karcher” une catégorie entière de la population qu’il a désigné de “racaille” quitte à entretenir l’amalgame entre une population exsangue économiquement et de vrais caïds ou de vrais extrémistes religieux ?

Comment se fait-il que les dirigeants de ces institutions républicaines n’arrêtent pas d’ajouter l’épithète “issus de l’immigration” à chaque fois qu’il est fait mention de ces jeunes citoyens ? Comme si, à leur yeux, cela justifiait le fait de les traiter différemment des citoyens ordinaires.

Comment se fait-il, en outre, que ces mêmes responsables s’étonnent de la carence d’intégration de ces jeunes dans la société française, alors qu’ils n’arrêtent pas de stigmatiser la différence de ces jeunes et qu’ils n’arrivent pas à comprendre que ces jeunes font partie intégrante de la population française ? Ce serait plutôt nos ministres qui seraient figure d’exception.

Comment ce fait-il que seuls les jeunes issus des quartiers difficiles sont estampillés systématiquement “issus de l’immigration” alors que depuis toujours la France est peuplée de gens plus ou moins issus de l’immigration ? Polonais, Portuguais, Italiens, Normands, Huns, Francs, Goths, Visigoths, Romains, Celtes... Mon grand père est arrivé en France dans les années 1930. Il était juif et arrivait de Grèce. Même Nicolas Sarkozy a des parents Hongrois. Mais voilà, nous sommes blancs et nous avons échappés à l’enfermement dans les “cités”.

Comment ce fait-il que ce genre de questions, je me les se posais déjà il y a 15 ans environ ? Quand, lorsque nous allions prendre le métro ou nous promener aux Halles, en sortant du lycée ou de la fac, nous tombions très souvent sur des opérations de contrôle d’identité. Et déjà, j’avais du mal à comprendre pourquoi moi je n’était jamais contrôlé. Alors que mes camarades n’arrêtaient pas de devoir justifier de leur identité et de leur nationalité française. Pourtant, rien vraiment ne me différenciait d’eux. Nous venions presque de la même banlieue. Nous fréquentions les mêmes écoles, la même fac. Nous allions voir les mêmes films, jouions aux même jeux et regardions la même télé. La seule différence était qu’ils n’étaient pas parfaitement blancs. C’est toujours le cas actuellement.

Comment se fait-il que depuis plus de 30 ans, il existe encore des quartiers presque fermés au reste de la société française ; de véritables ghettos dans lesquels on entasse et on écarte des populations défavorisés et non désirées n’ayant pas les armes nécessaires à leur épanouissement et à leur vraie insertion dans la France d’aujourd’hui ?

Comment ce fait-il, dans ces conditions que le feux n’ait pas été mis plus tôt aux poudres ?

Et on s’étonne encore que l’incendie s’étende...

Voir en ligne : Balkany s’exprime sur les banlieues pour la télé américaine... (hallucinant !)